JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Radio Plus (Bruxelles)

 In Histoires

Radio Plus a débuté ses émissions à la boutique de droit de l’ULB en 1979.

Elle a ensuite déménagé son studio avenue Josse Goffin à Berchem Sainte-Agathe au nord-ouest de Bruxelles.                                                     Au départ Radio Plus devait rejoindre le collectif des Radio Z’Alternatives, mais son coté plus musicale a fait qu’elle décide de poursuivre seule.

Radio Plus  fut l’une des radios bruxelloises les plus emblématiques, avec radio Air Libre et les Radio Z’ Alternatives, des radios associatives de la fin des années 70 et début des années 80. Radio Plus était une des chevilles ouvrières de l’Association pour la Libération des Ondes (A.L.O).  On peut dire qu’elle fut eu une des « grosses » radios d’expression de l’époque, tant en terme de moyens technique, programmes que de couverture (l’enregistrement ci-dessous a été effectué à plus de 20 km de Bruxelles)

Elle s’est plusieurs fois relancée entre 1979 et 1984 au gré des saisies, période de restructuration et changement de fréquence d’où elle fût plusieurs fois expulsée par des émetteurs commerciaux plus puissant. Elle fut aussi une des principales victimes des tests techniques de la BRT (ancêtre de la VRT) qui chassait les radios libres des fréquences attribuées mais non encore utilisées par la communauté flamande à Bruxelles.

La programmation musicale de Radio Plus était résolument rock et anti-Top 50 jusqu’à d’ailleurs affirmer ce positionnement en rebaptisant sa fréquence de l’époque, 101 MHz, en « 101 MégaRock » singeant au passage un peu bêtement le très original « 103.1 MegaSwing » utilisé par FM Bruxel durant la même période.

Radio Plus a été une première radio à proposer des émissions en français et en néerlandais. Les animateurs néerlandophones de Radio Plus n’avaient pas du tout la même optique que l’équipe francophone. Ils étaient plus proche par le style d’animation des radios ‘off shore’ comme radio Véronica ou radio Caroline. Expulsés de Radio Plus, ils furent à la base du programme néerlandophone de radio Contact.

Des émissions militantes et des débats sur des sujets de société faisaient également partie de la marque de fabrique de Radio Plus. On pouvait la considérer comme le pendant « non commercial » et de gauche de radio Contact. Radio Plus était financée par les cotisations de sa septantaine d’animateurs. En raison de la guerre des puissances résultant du développement des radios commerciales, de divergences internes sur l’ouverture à la publicité et à des programmes plus grands publics,  Radio Plus s’est essoufflée petit à petit et a finalement disparue. Une petite partie de ses animateurs ont fait des émissions sur Radio Air Libre, sous le nom de Radio Plus

Jean Yanne et son film « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » qui satire la vie d’une station radio périphérique parisienne ont très clairement inspiré le nom,  le logo et les jingles de la Radio Plus bruxelloise. Mais on était bien à 180° de la Radio Plus de Jean Yanne

le son:

 Les animateurs, Jean et Nicole, discutent avec un auditeur dans l’émission « des hauts et débats » qui était consacrée ce jour-là à un meurtre raciste perpétré par un membre d’une organisation d’extrême droite début des années 80. Des hauts et débats était une des émissions mythique de Radio Plus.

 

en Bonus un témoignage de la saisie de Radio Plus survenue le 20 mars 1980 diffusée sur Radio 6  Vallées à Corbais ( qui n’était pas membre de l’Association pour la Libération des Ondes)

Recent Posts

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search